Rencontre avec Cyriaque L…

kissen_12Comme il l’écrit lui-même dans la présentation de sa boutique “Un homme qui coud, ce n’est pas courant, surtout pour fabriquer des ours en peluche !”. Cyriaque fabrique avec passion des ours et autres animaux en peluche proposant même des kits pour créer soi-même ces véritables objets de collection ! Voilà de beaux cadeaux originaux à dégotter dans sa boutique Les ours en peluche de Cyriaque !

Quel est votre nom de créateur/créatrice et quelle est l’origine de ce nom ?
Depuis mes débuts, en 1998, j’ai choisi de travailler en utilisant mon prénom et la première lettre de mon nom de famille, avec 3 petits points, car cela veut dire qu’il y a une suite… mon nom de créateur est donc Cyriaque L…

Pouvez-vous nous raconter votre première expérience du DIY ?
Je ne pourrais pas dire à quel moment précis c’était, mais ce qui est sûr, j’étais un enfant. Je fabriquais des poupées en tissu avec mes soeurs. Il me semble, au final, qu’il y avait plus de colle que de tissu. Néanmoins, c’est sans doute à ce moment que j’ai voulu devenir fabricant de jouets. Ensuite, j’ai fabriqué beaucoup d’autres choses, dont des crèches en pâte à modeler ou en pâte à sel qui avaient beaucoupde succès !

1271443619-7271271599594-711

Avez-vous suivi une formation en rapport avec la création (formation universitaire, professionnelle, cours du soir…) ?

J’ai obtenu un bac options audio-visuel. J’étais un passionné de cinéma. Lors de cette formation j’ai appris à analyser les images, à les comprendre pour en construire d’autres. J’ai suivi d’autres stages ou cours pour apprendre la teinture végétale, la poterie…pour développer mon sens artistique et créatif.

La création est-elle votre activité principale, votre passion, un hobby ?
La création occupe une grande partie de ma vie professionnelle. C’est devenu plus qu’un hobby, depuis quelques années. Mais je travaille également, à temps partiel, comme documentaliste scientifique dans un centre hospitalier. Ces deux activités, totalement différentes, m’apportent un équilibre, entre le travail „avec la tête“ et celui „avec les mains“ !

Quel genre d’articles créez-vous ?
Je fabrique des ours en peluche de collection en utilisant le matériel et la façon de faire d’autrefois. Je fabrique également d’autres petits animaux : des hérissons, des souris et même des rats ! Je propose également certains de ces animaux sous forme de kit, afin de faire découvrir ce hobby assez original. Et j’anime régulièrement des stages.
Depuis quelques mois, j’ai également créé une marque de papeterie „Les ours en papier de Cyriaque L…“ afin d’utiliser les photos de ce que je fabrique pour en faire des cartes postales et des autocollants.

1305665170-2921307117097-196

Qu’est-ce qui caractérise vos créations, votre univers ?
Mon univers est un peu nostalgique mais surtout inspiré du monde de l’enfance. Je réalise des ours en peluche qui font parfois anciens, et d’autres accompagnés d’accessoires pour en faire des jouets plus originaux.
Quels sont vos matériaux de prédilection ?
J’aime beaucoup le mohair. C’est le matériel utilisé pour la fabrication des premiers ours. Il vient de la chèvre angora. C’est une matière douce, dont la couleur résiste bien dans le temps. Le mohair est aussi une matière qui se teind merveilleusement bien avec des plantes.
J’utilise également des articulations à l’ancienne et des yeux en verre. Outre leur qualité, ils me permettent de réaliser des ours vraiment comme autrefois et de contribuer à maintenir ce savoir-faire.
Pour les accessoires, j’aime beaucoup le côté naïf que donne le papier mâché.

Quelles sont vos sources d’inspiration ?
Elles sont nombreuses, mais les illustrations de livres pour enfants m’inspirent beaucoup. J’aime celles signées Miroslav Sasek par exemple, ou celles de Quentin Blake. Les textes très poétiques des livres de Dorothée Piatek sont aussi une bonne source d’inspiration, tout comme les jeux des enfants, qui savent jouer avec tout et rien à la fois.
Y-a-t’il des blogs, sites, magazines ou livres en rapport avec la création qui vous inspirent, vous donnent des idées ?
J’ai une grande collection de livres en rapport avec la création. J’aime beaucoup ceux de Léa Stansal. « Les tricots de Coco » est aussi une référence pour moi, tout comme « Les p’tites bricoles » d’Isabelle Kessedjian. Même si les informations techniques ne sont pas utiles à mon activité, les feuilleter en admirant les photos m’aident beaucoup à trouver des idées.

1271492337-5331271493165-153

Quelle est pour vous la signification du Do it yourself : l’envie de faire quelque chose de vos mains, d’apprendre de nouvelles choses, de s’inscrire dans une communauté, de promouvoir un autre mode de consommation… ?
Avant tout, c’est de choisir une activité pour se détendre et dont le résultat nous rendra fier. Le « c’est moi qui l’ai fait », apporte toujours un grand bonheur. C’est aussi choisir de faire soi-même pour économiser ou faire mieux ou plus original que ce que l’on peut trouver dans le commerce. Et puis c’est aussi, surtout si c’est pour un cadeau, renoncer à la facilité du tout prêt fait et s’impliquer davantage pour (se) faire plaisir.

Quelle a été votre réalisation dont vous avez été le/la plus fièr(e) ?
Il y a quelques années, dans le cadre d’un festival de cinéma, j’ai réalisé une ourse représentant « Emmanuelle », sur son fauteuil en rotin et avec son célèbre déshabillé et collier de perles. C’était un peu osé d’associer ce film érotique à un symbole de l’enfance, mais le public du festival, surtout celui en provenance du Japon, a beaucoup aimé !
Je suis également fier d’avoir créé le kit « Grignote, le hérisson » et de voir que même des adolescentes arrivent à le faire et découvrent ainsi le DIY !

Quels sont selon vous les liens entre Internet et le DIY ?
Internet à vraiment changé le DIY. Cet outil permet de communiquer avec d’autres créateurs, d’échanger, de trouver des idées mais aussi de promouvoir. Internet m’a permis de développer mes ventes, mais aussi de découvrir que je n’étais pas seul à créer. Il m’a permis d‘instaurer de véritables liens amicaux avec certains clients ou d’autres créateurs.

Le DIY vous permet-il de faire des rencontres, virtuelles ou réelles ?
Il y a énormément de rencontres réalisées grâce au DIY. Et c’est passionnant. La création est souvent un travail solitaire, puis ensuite, on le partage avec d’autres. Les rencontres réelles se font lors d’expositions, de ventes privées ou sur des marchés de créateurs. Pour moi, également lors des stages que j’anime.
Grâce à internet et au développement des blogs, je rencontre également de nombreux autres créateurs: des illustrateurs ou des auteurs jeunesse, des créateurs de poupées ou d’objets en pâte fimo (qu’il m’arrive d‘ailleurs d’acheter pour accessoiriser mes créations).

1309247509-7631315604740-683

Que vous apporte l’échange avec d’autres créateurs ?
Les échanges avec d’autres créateurs peuvent apporter des solutions « techniques » sur l’utilisation d’un produit. Mais également des idées. Quand il ne s’agit pas d’une réelle collaboration ! On s’échange aussi des bonnes adresses. J’ai pu ainsi faire fabriquer un tampon encreur à partir d’un de mes dessin grâce à une créatrice, présente sur DaWanda.
D’une façon générale, je me sens moins isolé et moins seul dans mon atelier !

Quels sont vos créateurs préférés ?
Léa Stansal et ses patchworks incroyables, Isabelle Kessedjian et ses personnages en papier mâché et ses dessins, Nancy Wiley et ses poupées, Coco et ses tricots. Mais aussi Patricia, qui réalise de superbes poupées en tissu sous le nom de « Papillon Bleu ». J’aime beaucoup aussi la créatrice allemande Sandra, de « Herzensart », qui est présente sur DaWanda. L’univers doux et poétique d’Hélène qui réalise des baguettes magiques sous le nom de « Fée un voeu » est un véritable enchantement.

Avez-vous des projets pour votre activité créatrice ? Apprendre de nouvelles techniques, développer d’autres aspects de votre activité ?
Je développe de plus en plus l’animation de stages pour apprendre à fabriquer des ours en peluche ou des petits hérissons. J’anime ces stages à Nantes de façon régulière, et je commence à me déplacer en Vendée, en Normandie et à Paris. C’est toujours un grand moment de partage et d’émotion que de voir ce que les gens sont capables de faire.
Je vais également commercialiser, sans doute pour les fêtes de fin d’année, des kits d’animaux en peluche qui seront adaptés aux jeux des enfants, afin de répondre à une demande de plus en plus croissante de mamans ou mamies qui veulent faire pour les enfants de la famille !
Je vais également faire fabriquer des tampons encreurs, à partir de mes dessins, de façon à étoffer ma ligne de produits de papeterie.
J’écris un livre aussi, sur la fabrication d’ours en peluche…
Et puis, apprendre de nouvelles techniques, pour m’améliorer et continuer à essayer d’apporter un peu de rêve grâce à mes créations!

Si vous aimez cet article, mettez-le en favoris ou partagez-le avec vos amis:

Poster par Elodie Benchereau

écrit sur 29.09.2011 une 10:40.

6 commentaires

  1. Yogifolies (29.09.11 10:47 Uhr)

    Magnifique boutique bravo!! Vraiment!! Ca donne envie d’être à nouveau un enfant^^

  2. Louveau (29.09.11 12:12 Uhr)

    Magnifique… J\’adore les nounours et je les collectionne ! Les votres sont très beaux et j\’aime l\’idée que des jeunes se remettent à l\’artisanat et aux jouets d\’antan en particulier ! Bravo !

  3. j'en ai pas l'air (29.09.11 12:37 Uhr)

    Un travail d’artiste qui “touche”, merci Cyriaque.

  4. alexandra (29.09.11 22:09 Uhr)

    Jolie interview et les oursons sont terribles! Bravo à Cyriaque!

  5. Sandra (30.09.11 08:16 Uhr)

    Hi Cyriaque, congratulations to the interview! So well deserved, as your creations are so damned touching and cute 🙂

  6. Bunny Kokeshi (08.10.11 15:46 Uhr)

    Fan des ours de Cyriaque, bravo à ce grand artiste de l\’enfance !!

Commentaires