Rencontre avec Meherio

MeherioAujourd’hui, nous partons à la rencontre de la créatrice bordelaise Meherio, également connue sous le nom Le bar du vent. Inscrite sur DaWanda depuis juin 2007 , elle fut l’une des premières créatrices françaises à choisir DaWanda pour faire connaître ses créations. Il était donc plus que temps que nous partions à la découverte de son univers si particulier, emprunt de poésie et d’air marin…

NB : En laissant un petit commentaire sous cet article vous aurez peut-être les frais de port offert pour toute commande dans la boutique de Meherio !

Qui êtes-vous et d’où venez-vous ?
Agathe, 42 ans. J’habite Bordeaux, avec un pied en Limousin

Avez-vous suivi une formation particulière, en rapport avec la création ?
Pas d’autre formation artistique que celle dont j’ai bénéficié au collège et qui me sert encore aujourd’hui ! J’ai pris quelques cours de couture dans une boutique Singer, pour apprendre à utiliser un patron (et ma machine à coudre !), des cours de tapisserie (réfection de siège) pendant 4 ans,  et je viens de commencer à apprendre la reliure auprès d’un artisan, mais pour la broderie, le tricot, le crochet… et les bijoux, je suis une autodidacte avec une bonne bibliothèque. C’est plus facile quand on parle anglais couramment car on trouve plus de livres et de tutoriels sur plus de sujets techniques, en anglais qu’en français.

Quelles sont vos passions ?
L’océan, le théâtre, la littérature, la langue anglaise, les perles… et le superflu, cette chose si nécessaire (c’est pas d’moi)

perles bague fleur perle 1

Quel genre d’articles vendez-vous sur DaWanda (mode, sacs, accessoires…) ?
Des bijoux, quelques raretés chinées (chiner, une autre de mes passions !), et, bientôt, quelques créations textiles (encore une passion : les beaux tissus) et des cahiers / carnets / albums ainsi que des cartes.

Quels matériaux utilisez-vous plus particulièrement ?
En dehors des perles ? Des pierres semi-précieuses, du métal, du verrre, du cristal, du coton, du lin, de la laine, de la soie… Entre autres : j’ai une préférence pour les matériaux organiques dans tous les domaines.

Qu’est-ce qui caractérise votre style, vos créations ?
Oh, ça c’est une question vache ! En dehors des quelques rares constantes que je vous ai indiquées, le seul vrai point commun entre mes différentes créations, c’est moi ! Ma boutique reflète sans doute les différentes humeurs par lesquelles je peux passer et indubitablement une partie des différentes techniques que j’explore, ainsi que mon goût pour les mots, y compris les jeux de mots plus ou moins déplorables…

marque-page colllier bracelet

Où trouvez-vous votre inspiration ?
Je suis plus « cultivée » (tout est relatif) en peinture qu’en design, mais là encore, les peintres qui me touchent sont assez disparates : le Greco, Turner, Van Gogh, Miro… Je crois que je suis sensible à l’absence de détails superflus, à la sobriété, mais aussi aux explosions de lumière et de couleur. J’aurais du mal à indiquer une influence décisive. C’est mon ambition de ne ressembler qu’à moi. Incroyablement prétentieux et peu réaliste, je sais. Mais le fait est que je m’arrange toujours pour être sous plusieurs influences à la fois.

C’est toute ma culture, générale, littéraire et artistique, qui est susceptible d’être en jeu dans tout ce que je fais, en même temps que mon expérience personnelle. Tout en regardant souvent ce que font les autres, je suis aussi aux aguets de nouvelles techniques, de nouveaux matériaux. Je fais tout ce que je peux pour n’imiter personne, malgré les tentations. Je n’ai pas non plus envie d’être imitée. J’aime mélanger les techniques et les matériaux appartenant à des métiers différents : tissu et perles, papier et tissu, esthétique et humour…

Comment avez-vous découvert votre talent ?
Je ne suis toujours pas sûre d’en avoir. Je sais juste que depuis l’enfance j’ai toujours aimé fabriquer, de mes mains, et apprendre. J’ai toujours aimé « penser avec mes doigts » : bidouiller, trouver des solutions.
Avec les bijoux, j’ai découvert que je pouvais partager le plaisir que je trouve à fabriquer.

La création est-elle votre activité principale ou votre hobby ?
Bien que je me sois enregistrée comme auto-entrepreneuse, pour pouvoir vendre en toute bonne conscience, mes activités créatives demeurent un couteux violon d’Ingres, nécessaire à mon équilibre personnel.

Exercez-vous une autre activité professionnelle rémunérée et, si oui, dans quel domaine ?
Oui, j’ai une activité salariée également très prenante et passionnante, mais pas franchement manuelle.

thé collier2 collier

Quels sont les projets que vous souhaitez développer en tant que créateur ?
Je voudrais bien trouver enfin le temps de me former à des techniques de bijouterie plus proche de la joaillerie, pour pouvoir vraiment donner forme à toutes mes idées. Je me rends compte que, malheureusement, dans ce domaine, il n’existe en France que des formations diplomantes, à plein temps : inaccessibles pour moi, compte tenu de ma double vie. Mais je voudrais aussi avoir le temps de jouer avec tous les tissus magnifiques et les fabuleux patrons vintage que j’ai engrangés depuis quelques années, pour pouvoir partager ce plaisir aussi…

Quels sont vos trois créateurs/trices préféré(e)s sur DaWanda ?
Autre question vache ! C’est dur de choisir.
Bon, je reste ma créatrice préférée pour les bijoux, si vous n’y voyez pas d’inconvénient… Mais j’aime vraiment beaucoup la créativité lumineuse qui caractérise Belinette d’Artisanges.
J’aime énormément les créations de Paranoire : tout simplement somptueuses.
Je rêve de m’offrir une des lampes de Garbage : un mélange réellement créatif de recyclage et d’humour.
J’aime aussi beaucoup les créations de JennyKarlssonDesign : ses sacs sont numérotés, tous vraiment uniques et faits avec amour…

Que vous apporte l’échange avec d’autres créateurs ?
Cela dément complètement la réputation impersonnelle des sites internet. C’est incroyable la chaleur humaine qu’on peut trouver chez ces inconnus qui font tous des choses complètement différentes et qui se soutiennent les uns les autres sans se juger… Pour moi qui tatonne et doute et explore en permanence, ça a été vraiment réconfortant et enrichissant de « rencontrer » des gens qui connaissent les mêmes enthousiasmes et les mêmes doutes.

voiture lampe cosmetique

Quel est le rôle de DaWanda dans votre activité créatrice ?
Un rôle décisif : quand j’ai découvert DaWanda, j’étais en train de me demander comment j’allais bien pouvoir trouver le temps, l’énergie et, surtout, le savoir, pour créer mon propre site. Et proche du désespoir. J’avais été encouragée à investir dans ce loisir,mais je n’avais trouvé aucune solution satisfaisante pour vendre. Je commençais à me sentir très seule… Monter ma boutique en quelques minutes, et la trouver référencée sur les moteurs de recherche, puis faire ma première vente dans la semaine, c’était inespéré !

Je me rends compte qu’au cours de ces trois années, je me suis habituée à pouvoir compter sur les administrateurs du site et sur le sentiment d’une communauté d’intérêt que l’on trouve sur le forum.
Ici, j’ai beaucoup appris sur les activités commerciales, j’ai été confrontée à des comportement incroyablement incivils et des gens absolument délicieux. Grâce à la grande diversité des comportements sur ce site, je comprends mieux qu’avant les difficultés du métier de commerçant dans le monde réel aussi.

Avez-vous des anecdotes à raconter sur votre expérience à DaWanda ou, plus généralement, sur votre travail de créateur ?
J’ai eu la chance de rencontrer Claudia, l’une des deux créateurs du site, à l’occasion d’une soirée de blogueuses co-organisées par le site à Bordeaux ; ce qui m’a donné l’occasion de découvrir, non seulement qu’elle est très sympathique (forcément !), mais aussi qu’elle parle remarquablement bien le français. Je suis repartie avec ce bon souvenir… et avec un très chouette sac DaWanda qui ne me quitte pas !

L’année dernière, j’ai participé à une opération promotionnelle conçue et portée à bout de bras par des créateurs (enfin, surtout des créatrices) sur le site. Le but était de promouvoir les petits créateurs, ceux qui fabriquent vraiment à petite échelle, souvent écrasés statistiquement par les fournitures ou certains vendeurs plus « développés » et qui fabriquent plus en série. Je ne peux pas dire que l’expérience a été « rentable », mais elle a été incroyablement enrichissant du point de vue humain. Cette aventure m’a aussi donné une petite idée des comportements très divers auxquels les administrateurs de DaWanda doivent faire face.

Enfin, depuis plus d’un an, le dernier vendredi de chaque mois, mon blog (http://lebarduvent.blogspot.com) participe à une ronde de blogueuses en anglais ( a blogging merry-go-round ) qui a été lancé par des membres de DaWanda, et qui est mené avec beaucoup de gentillesse et de finesse par Ruth de BirdlandCreations. C’est donc une autre source précieuse de soutien et d’inspiration que je dois à ce site.

Pour vous, DaWanda c’est…
Une chance.

Si vous aimez cet article, mettez-le en favoris ou partagez-le avec vos amis:

Poster par Soizic Cadio

écrit sur 16.11.2010 une 19:13.

7 commentaires

  1. Anne (17.11.10 19:45 Uhr)

    Chouette de pouvoir lire cette interview après avoir admiré en vrai tes jolies créations 🙂

  2. Ruth Baillie (19.11.10 03:04 Uhr)

    Great to learn more about you Agathe! I look forward to seeing more of your work using textiles.

  3. Super-véro ! (19.11.10 14:57 Uhr)

    Quel bonheur de lire ton enthousiasme dans cette brillante interview, ma très chère Agathe-Meherio

  4. francineb (20.11.10 01:17 Uhr)

    Enchantée de redécouvrir certaines facettes merveilleuses de la personnalité de Meherio, ajoutées à une créativité étonnante, de belles réalisations et tout plein de nouvelles idées. Never a dull moment , what else ?

  5. Meherio68 (20.11.10 02:26 Uhr)

    Blush, blush…

  6. Brun (21.11.10 16:51 Uhr)

    Merci pour cette incursion au pays des merveilles … J’y cours

  7. Claire (17.06.11 23:17 Uhr)

    Et bien j’en découvre des choses! Super l’interview et merci Agathe pour ma créativité lumineuse 😉 Bisous

Commentaires