Rencontre avec Delphine Von Kaatz

kissen_12Delphine Von Kaatz habille les fesses des filles qui n’ont pas froid aux yeux. Notamment celles de Beth Ditto, la géniale chanteuse de Gossip qui pour le coup, n’a vraiment pas froid aux yeux. Nous sommes partis à la rencontre de Delphine, jeune créatrice de 26 ans, pour en savoir plus sur son univers, son processus de création et ses sources d’inspiration…

Qui êtes-vous Delphine Von Kaatz ?

Je m’appelle Delphine, j’ai 26 ans et j’habite à Bruxelles. Je viens de Nantes à l’origine mais je suis venue à Bruxelles pour mes études et j’y suis restée. J’aime beaucoup cette ville, je trouve que les gens se prennent moins la tête qu’à Paris. Enfin, j’aime aussi Paris, j’en reviens d’ailleurs, et peut-être que j’y retournerai un jour, mais Bruxelles a un côté décallé et decomplexé que j’aime bien. On sent que tout est possible ici…

Qu’avez-vous étudié à Bruxelles ?

J’ai fais une école de stylisme, La Cambre, que j’ai arrêté au milieu, au printemps 2007. C’était une bonne école mais c’est assez élitiste et dur psychologiquement. J’ai donc arrêté pour faire mes propres créations.

body blanche neigeboxer crumbleculotte daisy

Comment en êtes-vous venue à créer des culottes ?

J’ai commencé à créer des culottes parce que je ne trouvait pas de culottes assez fun, assez glamour dans le commerce. J’ai crée ma première collection dès que j’ai arrêté l’école de stylisme, à l’occasion d’un défilé pour une Bitchy Butch à Bruxelles (soirée gay), puis j’ai fais un deuxième défilé à Paris, lors d’une soirée Barbieturix à la Flèche d’or. Ce que j’aime dans les culottes, c’est qu’elles sont liées à la féminité et à l’intimité.

D’où vient votre nom de créatrice, Delphine Von Kaatz ?

J’ai dû trouver un nom rapidement pour mon premier défilé justement. Je revenais de Berlin et j’aimais bien la consonnance allemande. Delphine parce que c’est mon prénom, Von parce que ca sonne chic et Kaatz pour la sonorité un peu féline.

Comment décririez-vous votre style ?

Je crée des culottes glamour, rock’n roll, pour revendiquer une féminité un peu powerfull, pour les filles qui assument ce qu’elles sont. Ma gamme va des culottes aux body en passant par les jockstraps, les boxers, les culottes à bretelles et les porte-jarretelles. Et je ne fabrique pas mes culottes qu’en 38, je les fais dans toutes les tailles, sur demande, même les plus grandes tailles.

porte-jarrettelle minnie lily marlene

Justement, pouvez-vous nous parlez des modèles que vous avez confectionner pour Beth Ditto, la chanteuse de Gossip ?

Je suis une grande fan de Gossip. Je suis allée la voir simplement après un concert, j’avais envie de lui offrir une culotte. Elle l’a portée tout de suite, au concert suivant. C’était très marrant, elle m’a reconnue dans la foule et elle s’est arrêtée de chanter pour me parler ! Elle m’a dit qu’elle voulait qu’on discute dans les loges à la fin du concert. J’y suis allée et elle m’a commandé des culottes pour sa tournée de l’été 2008. Comme elle se retrouve souvent en sous-vêtements lors de ses concerts, elle voulait des modèles assez couvrant. Pour le reste, elle m’a laisée carte blanche mais c’était assez simple parce qu’on a à peu près les mêmes goûts. Ses couleurs favorites sont le mauve et le noir, comme moi. Je n’avais pas d’autres consignes. Je lui ai donc proposé 12-13 modèles et elle en a choisi 3 : une culotte en tissu irisé bleu avec des gros boutons marins noirs, une culotte rose à rayure et un bodyrois avec des pois noirs et un gros coeur noir.

05bis

Quels sont les tendances, les artistes qui vous inspirent plus particulièrement ?

Je m’inspire pas mal du milieu burlesque (pour les noeuds par exemple) et beaucoup de la scène rock féminine. Le look de Beth Ditto, justement, m’inspire beaucoup. J’aime aussi beaucoup Peaches et j’adorerai lui faire des culottes, mais elle semble beaucoup moins accessible que Beth Dito, et je crois qu’elle a déjà un styliste personnel. Pour ce qui est de l’imagerie, j’aime beaucoup la photographe Ellen Von Unwerth, qui fait des photos très chouettes et rock’n roll, avec une féminité très assumée. Je suis aussi très ancrée dans le milieu queer et je m’inspire d’un mélange des genres, en y ajoutant un côté décallé.

La création de culottes est-elle votre métier ou un hobby ?

Pour l’instant c’est un hobby. Un hobby qui me prend beaucoup de temps, puisque je fais tout moi-même, mais ce n’est pas ma première source de revenus. Je suis boulangère à côté.

Et vos projets d’avenir en tant que créatrice ?

J’aimerais lancer un café-culotte. Inviter des gens dans mon atelier pour faire des réunions culottes, avec essayage, dessin de nouveaux modèles, autour d’un café !

Si vous aimez cet article, mettez-le en favoris ou partagez-le avec vos amis:

Poster par Soizic Cadio

écrit sur 03.02.2010 une 11:54.

Commentaires