Rencontre avec Eudeline

logo-eudelineEudeline, qui sévit aussi sous le nom de Mlle Moutarde, habite à Caen et crée des “bidulles en tous genres”. Mais pas n’importe quels bidules ! Tantôt couturière, tantôt illustratice, Eudeline aime par dessus tout trouver des solutions  vitales à des problèmes qui n’en sont pas (ou l’inverse).

On aime par exemple ses badges  (qu’elle appelle épinglettes) anti crises conjugales et ses poupées vaudou maléfiques autant que ses doudous rigolos et ses carnets de bisous…

Avez-vous suivi une formation particulière en rapport avec la création ?

Je dessine depuis toute petite. Après des études de Lettres puis de Sciences de l’éducation, je me suis lancée à 28 ans (…) dans un cursus d’arts plastiques à Rennes. Mais je pense m’être davantage formée au gré des projets que j’ai pu réaliser pour ou avec d’autres personnes, ou pour moi-même.

Quelles sont vos passions ?

Ma principale passion est de mettre en forme mes idées (dessin, pao, couture) et aussi de trouver des solutions absurdes à des problèmes qui n’en sont pas…

crise-conjugale

Comment définitiez-vous votre style et quelles sont les trois créations les plus représentatives de votre travail ?

Du volume et du tout plat ! D’un côté, mes créations textiles : sacs, doudous, poupées (poupée gentille ou poupée vaudou), et de l’autre, des micro-éditions d’objets : carnets (de bisous ou de méchanceté, de flirt aussi…), badges, miroirs, paper dolls… Je crois que  l’humour (ou la moquerie légère vis-à-vis de moi-même et de mes contemporains) est le dénominateur commun à toutes mes créations. A chaque doudou que je crée j’essaie de donner une attitude, un “air” qui crée une réaction : le rire, l’attendrissement… la peur ! Chaque visage est expressif.

Je travaille beaucoup sur les préjugés, les idées recues, les croyances qui endorment l’esprit critique de tout un chacun, l’humour et l’absurde sont pour moi un excellent réveil, un moyen de prendre du recul par rapport à nous-mêmes, nos réactions, nos a prioris, nos petites faiblesses…

Dans mes trois créations préférées, il y les miroirs et badges de la série “Crise conjugale” : quelques accessoires pour arranger les choses entre vous et l’aimé(e) en cas de conflits domestiques (j’aime beaucoup aider…)

Il y a aussi la sexy paper doll : poupée de papier sexy à habiller en dessous Sonia Rykiel ou en Kill Bill.

Et les carnets de bisous ou de cruautés : petits carnets contenant soit 18 sortes de bisous à distribuer, soit 18 sortes de cruautés à infliger (oui, j’aime beaucoup aider…)

carnet-de-bisous1

Quels matériaux utilisez-vous principalement ?

Mon Mac et mon crayon à papier sont mes meilleurs amis. Puis en fonction de la forme que va prendre mon idée, je vais me plonger dans mes bacs et vieilles valises pleines de tissus (j’adore choisir les tissus et fourrures synthétiques chez le marchand mais aussi parmi des vêtements ou tissus récupérés à droite ou à gauche) ou bien je sors mes pinceaux (je collectionne aussi toutes sortes de motifs : vieilles couvertures de cahier, papiers peints, tissus…)

Où trouvez-vous votre inspiration ?

Je trouve mon inspiration dans les gens qui m’entourent, dans la rue, au supermarché, au camping… J’aime beaucoup la photographie contemporaine notamment celle qui interroge le banal, le quotidien, l’ordinaire, comme par exemple (en vrac) Bill Owens, Eggleston, Rineke Dijkstra, Lynne Cohe, Barbare Kruger…

Comment avez-vous découvert votre talent ?

Je n’ai pas “découvert mon talent”, je fais des “trucs” depuis longtemps et certaines rencontres m’ont donné à voir que ces trucs, on les appelle des créations et qu’elles s’inscrivent dans une globalité et que ces créations rencontrent les envies de gens autres que mes amis.

sexy-doll1

Après un marché de Noel organisé à la maison en 2006, une amie m’a proposé d’intégrer l’atelier 2-42, atelier-boutique à Caen, où deux créatrices faisaient doudous, badges, illustrations. C’est ainsi que j’ai commencé à faire non plus des trucs mais des créations et à les commercialiser. En mai 2008, nous avons crée l’Atelier-galerie OH! qui rassemble 5 artistes et créateurs (15 rue de Bras, Caen). J’y invente et expose mes créations. Dans la foulée, j’ai intégré DaWanda en juin (j’ai des petits boulots à côté car je suis loin d’en vivre…)

Quels sont vos projets pour l’avenir en tant que créatrice ?

Poursuivre la micro-édition, trouver des solutions à prix modeste pour éditer en moyenne quantité (plus de 10 à la fois…), continuer à créer une Nation de Doudous.

DaWanda et moi (ca me rappelle une chanson)… Je ne suis pas fan d’internet et pour moi, c’était devenu un moyen de rentrer dans le monde de la vente en ligne facile. Depuis le site a tellement évolué que c’est devenu pro sans que ca m’effraie ! DaWanda est pour moi un fantastique espace d’échange, comme un salon où on croiserait des Allemands, des Belges, des Anglais… et où tout le monde papote, je trouve ce côté international génial. On y touve aussi des créations très originales et inventives et on trouve des acheteurs de partout ! Quand je vois le nombre de visiteurs passés dans ma boutique en un an, c’est incroyable… Tous ces gens ne rentreraient pas dans mon atelier de 25m2 (!)

kissen_12La cerise sur le gâteau, c’est de faire s’envoler mes créations loin, dans une autre ville ou à l’étranger. Certains de mes doudous parlent allemand maintenant ! Par exemple Meike, qui vient d’Allemagne m’a acheté une Poupée de pluie parce qu’elle y voyait un plot, un plot qu’on pose sur la route en cas de travaux, et c’est vrai que cette poupée ressemble aussi à un plot ! Meike joue dans une pièce de théâtre où il y a des plots ! Et ma poupée de pluie devenue plot est ainsi partie en tournée avec des comédiens en Allemagne !

Pour moi, DaWanda c’est l’aventure…

Si vous aimez cet article, mettez-le en favoris ou partagez-le avec vos amis:

Poster par Soizic Cadio

écrit sur 10.09.2009 une 15:42.

Un commentaire

  1. DaWanda Blog - People and Products with Love (22.09.09 10:13 Uhr)

    […] Allemagne, en Angleterre, en Australie, au Japon ou ailleurs. Souvenez-vous de l’histoire de la Poupée de pluie d’Eudeline qui s’est retrouvée à jouer dans une pièce de théâtre en Allemagne ! Ou encore le tutu […]

Commentaires